Régions
11 octobre 2015

Khemis Miliana L’APC se cherche son 4e président durant ce mandat

Le maire sortant, depuis son entrée en fonction il y a de cela huit mois, n’a pas cessé d’être décrié non seulement par les administrés mais aussi par ses adjoints directs qui lui ont reproché dans une lettre cosignée par les cinq vice-présidents son immobilisme, de n’avoir rien fait pour la commune et de s’être retranché dans un bureau de la daïra pour ne pas avoir à faire face à ses responsabilités.
Pourtant, peu de temps après son investiture, lors d’une réunion initiée par le wali, qui avait regroupé les vingt-trois élus et les cadres administratifs, le P/APC s’était engagé publiquement et solennellement de s’investir entièrement pour sortir la ville du marasme qu’elle connaît depuis des années, marasme qui n’a fait que s’accumuler et s’accentuer. En effet, les habitants sont confrontés au quotidien à un cadre de vie qui ne fait que se dégrader, un commerce informel qui a gangrené tous les espaces publics malgré les cinq marchés de proximité construits à coups de milliards, achevés et non encore distribués aux bénéficiaires pour de mystérieuses raisons et ce, malgré les injonctions et les menaces du wali de recourir aux dispositions prévues par la loi et de prendre les mesures appropriées.
A noter aussi la mise à profit par certains administrés de l’absence de «présence» de l’autorité locale chargée de faire respecter les règles de la vie en communauté, il faut le dire aussi, qui fait preuve d’un incivisme outrancier. Incivisme qui s’est conjugué avec des dysfonctionnements dans les services communaux que ce soit pour l’enlèvement des ordures ménagères ou l’éclairage public, l’entretien des routes et la liste des aléas n’est pas facile à énumérer. Dans quelques jours, l’Assemblée aura donc à se réunir pour élire un quatrième président. Le choix semble très difficile voire très restreint et nombreux sont les citoyens qui n’hésitent pas à dire «celui qui viendra fera-t-il mieux que ses prédécesseurs ? Ici, il faut rappeler que durant ce mandat, le premier P/APC avait déposé sa démission, le second, contre qui des poursuites judiciaires ont été engagées est démis de ses fonctions et voici que le troisième démissionne.
Face à une situation devenue quasiment ingérable, que fera ce quatrème maire, se demande-t-on.
Karim O.

Ca pourrait vous interesser

Devinez qui était à l’autre bout du fil ?

Hier, aux environs de 16h, je reçois un coup de fil de Chlef. Probablement notre ami Ali Mejdoub, correspondant du Soir, ou Mohamed Boudia, l’inamovible homme-orchestre du «Café littéraire» et figure de proue de la vie culturelle dans la vallée du Cheliff… mais, non, ce n’était ni l’un, ni l’autre… Continuer la lecture

23 Lectures