Le Bonjour du "Soir"
21 juillet 2015

Silence !

Par Maâmar Ferrah

«Certaines chaînes d’info d’ici ont interrompu leurs programmes pour traiter les attentats (en Tunisie et en France) dans des “éditions spéciales”. Très bonne initiative mais pourquoi, quand des Algériens se font tuer par les terroristes, ici en Algérie, l’info est-elle traitée sous forme de “brève” ?» C’est ce que nous écrivions le 27 juin 2015. Maintenant que le terrorisme «résiduel» a encore frappé chez nous, vous pouvez constater par vous-mêmes que j’avais entièrement raison…
Alertés, nous nous sommes rabattus sur les sites d’information électronique qui semblent gagner en professionnalisme. Quant aux réseaux sociaux, il faut toujours s’en méfier. Parfois, l’info est correcte. Mille fois, c’est un bobard qui, à force d’être repris et partagé, finit par devenir «la» vérité. Ne jamais oublier que des infos et des images sont prêtes pour le jour J afin de mettre le feu partout…
C’est aux médias professionnels, et notamment aux chaînes radio et TV, qu’il appartient d’informer immédiatement les Algériens et pas seulement sur les attentats des autres. Et, enfin, de grâce, quand vous apprenez la mort de 11 jeunes soldats un jour d’Aïd, et à défaut d’en parler, remettez à plus tard vos variétés de pacotille et la fausse joie des speakerines en tenues d’apparat ! Videz ces plateaux enguirlandés et faites le silence : dans les cimetières de l’Algérie profonde, on enterre des héros ! Onze, de quoi former une équipe de football plus verte que le vert. Onze, pour rejouer l’hymne national une dernière fois. Et quand la foule quittera les lieux, il ne restera que le sirocco de juillet soufflant sur les maquis et les tombes… que le sourire d’un appelé en permission dans une photo jaunie par le temps et jalousement gardée par la fiancée… que le cœur déchiré à jamais d’une maman… qu’une vague promesse rarement tenue : «Nous ne vous oublierons jamais !»…

Ca pourrait vous interesser

Paternalisme

Entendu sur une radio française. A l’occasion de l’obtention du prix Nobel de la Paix par le quartette national tunisien qui, attention, n’est pas un groupe de musique, un journaliste appelle Continuer la lecture

41 Lectures