Culture
13 décembre 2014

ACTUCULT

Galerie Asselah (39, rue Asselah-Hocine, Alger-Centre)
Jusqu’au 22 octobre : Exposition «Le Villageois» de l’artiste peintre Rabah Boufloura.
Salle Ibn Khaldoun (12, rue Docteur-Saâdane, Alger-Centre)
Vendredi 2 octobre à 15h30, samedi 3 octobre à 13h30 et à 15h30 : Film pour enfants, Les pingouins de Madagascar. Prix : 200 DA. L’entrée pour les parents qui accompagnent leurs enfants est gratuite.
Maison de la Culture Mouloud-MAMMERI de Tizi Ouzou
Jusqu’au 3 octobre : Exposition annuelle de photos des stagiaires ayant pour thème «Mouvements et portraits» par l’école privée «Studio 21». Exposition collective d’artisanat par Aouana Ramdane (objets décoratifs et traditionnels), Belmedani Soraya (habillement traditionnel, décoration florale), Ghemmour Ferroudja (tableaux de peinture, coffrets à bijoux) et Khennaf Mahiddine (bijoux kabyles).
Annexe d’Azazga de la Maison de la culture Mouloud-Mammeri
Jusqu’au 3 octobre : Exposition de tableaux de peinture, miniatures et maquettes par les artistes Ikhou Yanik et Kouriche Cherif.
Jusqu’au 3 octobre : Exposition de macramé par Mme Farida Belkacem.
Espace Espagne (10, rue Ali-Azil, Alger-Centre, près de l’Institut Cervantes)
Jeudi 1er octobre à 18h : film Gabor de Sebastian Alfie (Espagne, 2013), dans le cadre du cycle «Les jeudis du cinéma» qui dure jusqu’au 5 novembre.
Maison de la culture Ahmed- Aroua (Koléa, Tipasa)
Jusqu’au 3 octobre : 2e édition des Journées nationales du monologue et de l’humour.
PALAIS DE LA CULTURE MOHAMED-LAÏD AL KHALIFA, CONSTANTINE
Jusqu’au 10 octobre : «Les arts visuels», exposition collective des artistes de l’Est.
Palais de la culture Malek- Haddad, Constantine
Jusqu’au 10 octobre : Exposition «Douleur» (peinture et scuplture) des artistes Moulay Taleb Abdellah et Benazouz ureddine.
Jusqu’au 10 octobre : Exposition sur «Le chant spirituel constantinois».

Ca pourrait vous interesser

Devinez qui était à l’autre bout du fil ?

Hier, aux environs de 16h, je reçois un coup de fil de Chlef. Probablement notre ami Ali Mejdoub, correspondant du Soir, ou Mohamed Boudia, l’inamovible homme-orchestre du «Café littéraire» et figure de proue de la vie culturelle dans la vallée du Cheliff… mais, non, ce n’était ni l’un, ni l’autre… Continuer la lecture

24 Lectures