Retraite
23 juin 2015

Libre débat Réponse au point de vue de la MIP

Suite à une série de courriers publiés ces derniers mois dans le «Soir retraite» relatifs aux problèmes de gestion de la MIP — Mutuelle de l’industrie du pétrole —, notamment le courrier du 19 mai 2015 de Tlilani Mokhbi, les gestionnaires de la MIP avaient envoyé un «droit de réponse» (publié le 26 mai 2015) qui visiblement n’apporte pas toutes les clarifications attendues par les lecteurs concernés.
Le débat est relancé.

En réponse à votre article paru dans le journal Le Soir d’Algérie du 26 mai 2015, veuillez trouver ci-dessous un commentaire sans langue de bois de certains passages :
1 – Vous écrivez : «Du point de vue de la localisation, des décisions et des marges d’initiative, susceptibles de réaménager les clauses conventionnelles, évaluer et faire des bilans restent souverainement du domaine de l’employeur, en collaboration avec le partenaire social.
D’où nous sortez-vous ce chapitre qui n’existe pas dans les circulaires d’application n°8.01.1 (de R0 à R2)?
2 – vous notez aussi : «Les transformations des dispositifs “fonds entreprise/pension complémentaire de retraite”, exercées par la tension sur les critères d’autofinancement, amènent toujours l’employeur bailleur de fonds, en collaboration avec le partenaire social, à prendre les décisions adaptées pour assurer une pérennisation du Fonds».
Pour assurer la pérennisation du «fonds» et avant de toucher à la révision de PCR (Pension complémentaire de retraite) MIP (-37.5%), agissez :
A- Sur la gestion des frais de gestion (frais d’avocats, missions ainsi que la révision des organigrammes en éliminant les doubles/triples agents par poste.
B- Supprimer les cures thermales chez l’hôtelier privé de l’Est.
C- Supprimer les déplacements aux Lieux saints de l’islam des agents et accompagnateurs.
D- Revoir votre note MIP/PCA/246/2014 vers le bas car ce qui arrive aux 19 000 retraités chercheurs «des lunettes, des bridges, des amplis d’écoute, etc.», que nous sommes n’est qu’une suite, d’après les journaux, de la mauvaise gestion des fonds antérieurs ? Je vous rappelle aussi qu’une loi, l’«ordonnance n°75-58 du 20 Ramadhan 1395 correspondant au 26 septembre 1975 portant code civil, modifiée et complétée» signée par le président de la République ne peut être abrogée par une circulaire émargée par un cadre supérieur de la Sonatrach.
Je fais appel au nouveau P-DG du groupe Sonatrach, un authentique fils de patriote, moudjahid et ancien ministre du Travail, pour diligenter un panel et trouver une solution en respect avec les lois de la RADP et redonner le sourire aux agents qui ont relevé le défi : de la nationalisation le 24 février 1971 ; du transfert technologique dans les années 72-75, et de l’algérianisation totale des effectifs.
Longue vie aux retraités et pérennisation de la PCR (Pension complémentaire de retraite) MIP au taux de 20%.
Une dernière question à la MIP : à quand le rappel de la PCR au taux de 20% à partir de juillet 2013 ? Meilleures salutations.
Tlilani Mokhbi, ex-GL1K, Skikda

Ca pourrait vous interesser

Devinez qui était à l’autre bout du fil ?

Hier, aux environs de 16h, je reçois un coup de fil de Chlef. Probablement notre ami Ali Mejdoub, correspondant du Soir, ou Mohamed Boudia, l’inamovible homme-orchestre du «Café littéraire» et figure de proue de la vie culturelle dans la vallée du Cheliff… mais, non, ce n’était ni l’un, ni l’autre… Continuer la lecture

2 562 Lectures